Origine des tsunamis

Tsunami

Les tsunamis sont généralement déclenchés par un séisme sous-marin. Cependant, ils peuvent également être générés à la suite de glissements et d’éruptions volcaniques sous-marines, par une instabilité des rives (glissements de terrain, éboulementsavalanches) ou encore par la chute de météorites. Lors du processus, l’équilibre de l’eau est bouleversé au-dessus de la zone touchée; le flux est refoulé, auquel cas on en vient à une formation de vagues de haute énergie.

 

Ces vagues se déploient rapidement dans toutes les directions, par exemple pour 8 km de profondeur à une vitesse atteignant plus de 100 km/h. De ce fait, elles peuvent traverser un océan en peu de temps. En pleine mer, la longueur d’ondes (distance entre la crête d’une vague à une autre) peut atteindre des douzaines de kilomètres alors que la hauteur en est moindre, uniquement quelques décimètres. C’est la raison pour laquelle ces vagues de haute énergie sont à peine visibles en haute mer. 

 

Le tsunami ne devient dangereux que lorsque les ondes approchent des côtes. De par la régression de la profondeur des eaux, la vitesse diminue, ce qui cause un remous d’exhaussement. Le flux énergétique d’un tsunami, qui dépend de la vitesse et de la hauteur des vagues, reste quant à lui presque constant. Lorsque la vitesse diminue, la hauteur des vagues augmente. A l’instant où le tsunami atteint le littoral, il se produit, selon l’aspect de la côte et la puissance du phénomène, une série de grosses vagues déferlantes, ou alors, il se forme des vagues géantes isolées pouvant atteindre une hauteur de 30 m et dont les fronts abruptes déferlent avec une incroyable violence et un terrible pouvoir destructeur. Selon la configuration de la plage, les vagues sont perçues à l’intérieur des terres par une brusque montée du niveau de l’eau. Par la suite, le niveau de l’eau s’abaisse pratiquement tout aussi vite. Selon la situation, le reflux s’écoule avec une force destructrice énorme. Le processus peut se répéter plusieurs fois. 

 

Les tsunamis sont particulièrement fréquents le long des côtes de l’océan pacifique, où se produisent en moyenne par année deux tsunamis destructeurs. Dans de rares cas, des tsunamis peuvent aussi se former sur les lacs, sans toutefois atteindre une puissance identique à celle observée en mer. 

Maison détruite par un tsunami en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Quels dommages peuvent en résulter?

Les tsunamis peuvent pénétrer très loin dans les terres s’ils se produisent vers l’embouchure d’un fleuve, causant là aussi des dommages dévastateurs. 

 

Jusqu’en 2004, la catastrophe la plus violente due à un tsunami s’est produite après l’éruption du volcan Krakatau (Indonésie) en 1883. Dans un périmètre de 80 km, plus de 36'000 personnes ont perdu la vie en raison de vagues qui ont probablement atteint une hauteur de 40 m. Cet événement est dépassé du point de vue de la portée et des effets nuisibles de manière dramatique par le séisme sous-marin du 26 décembre 2004 survenu dans l’océan indien.