Origine de la grêle

Grêlon

L’occurrence de la grêle est toujours liée à des cumulonimbus et à des turbulences très violentes. Selon la température ambiante, la vapeur d’eau contenue dans l’air ascendant se condense sous la forme de gouttelettes ou de grêlons dans les cumulonimbus en formation. Ces particules sont entraînées vers le haut par des courants ascendants. Les plus lourdes, comme les gouttes d’eau ou les grêlons de grande taille, ne peuvent rester en suspension, ni non plus être entraînées vers le haut, que si les courants ascendants sont très puissants. C’est pourquoi seul un orage sur dix produit de la grêle.  

 

Durant l’ascension des grêlons, des gouttelettes d’eau surfondue s’agglomèrent à leur surface (accrétion) et gèlent en formant une couche de glace. Ils peuvent ainsi grandir jusqu’à un diamètre de plus de 10 cm. Leur aspect dépend du processus de croissance. La présence de bulles d’air dans la glace leur confère un aspect opaque, tandis que les couches des grêlons ne contenant pas d’air sont trans­lucides.

La grêle tombe sur la terre

Les grêlons ne tombent que lorsqu’ils sont trop gros pour être maintenus en l’air par les courants ascendants. Bien que fondant durant leur chute, ils atteignent le sol sous forme de glace lorsque leur diamètre initial est suffisant (> 1 cm) et que la température ambiante n’est pas trop élevée. Un grêlon de 3 cm atteint par exemple une vitesse de 90 km/h.